Co-designer l'identité
d'une association

CENTRE SOCIO-CULTUREL PIERRE MENDES FRANCE

À la question,
quel rendez-vous
symbolise le mieux
l’état d’esprit du Centre :
c’est la confiture
qui a gagné !​

Le point de départ

Les Centres Socio-Culturels ont l‘obligation de déposer tous les trois ans un projet social auprès de la CAF. Ce document décrit à la fois les besoins des familles et des habitants et les attentes sociales collectives. C’est avant tout un moyen pour observer les changements du territoire, consulter les différents acteurs (habitants, bénévoles, administrateurs, salariés, partenaires), réfléchir au sens de son action et définir les priorités pour l‘avenir. Ce document-repère établit un plan d’action en fonction des problématiques sociales et des ressources disponibles.

Le brief 

Suite aux différentes consultations et à l’écriture du projet social, il est demandé de créer une illustration qui résume les trois grands axes et les différentes actions qui en découlent.

Le Centre Social Intercommunal Pierre Mendes France (CSIPMF) propose un accueil de loisirs pour enfants et adolescents, des activités socioculturelles, de nombreuses actions autour de la famille et de la parentalité, des séances plus spécifiques pour le troisième et quatrième âge, assure un accueil numérique et administratif, organise plusieurs manifestations festives dans l’année et accueille un chantier d’insertion. Le tout dans un milieu rural à 35 km au nord de Nîmes.

Des symboles

Les participants ont choisi des personnages, des objets ou ingrédients autour de la confiture.

Chacun des pictos décrit des moments phare du CSIPMF. Certains se rattachent aux traditions locales, d’autres aux festivités, d’autres aux différentes catégories de personnes concernées.

Co Design

Pour les moins de 11 ans, des noms existaient pour différencier les maternelles des primaires : lutins pour les plus petits, pirates pour les autres. 

Les associations suivantes ont été choisis : 

  • Le lutin verse de la confiture dans un entonnoir.
  • La pirate tranche une citre. La gymnaste porte un couvercle.
  • Un graffeur dessine une étiquette de confiture.
  • Un père et son petit vont au Carnaval avec une cerise.
  • Le geek s’appuie sur un pot de confiture.
  • La marcheuse hume un abricot.
  • L’arlésienne transporte un marron.
  • Un batteur tape sur une figue.
  • Un homme tronçonne un bâton de cannelle.
  • Une sorcière balaye du sucre.
  • Une maman et son enfant en poussette dépassent un citron.

L’illustration a donné le ton pour la refonte de tous les documents du CSIPMF.

Etape suivante :
la charte
graphique

Les documents papiers

Plusieurs plaquettes sont éditées chaque année :

  • Un récapitulatif de l’année pour l’assemblée générale.
  • Les activités socio-culturelles à la rentrée,
  • Les informations concernant les activités de l’accueil de loisirs.

Des affiches annoncent des rendez-vos particuliers : la Roumègue (fête locale à la même période qu’Halloween, Carnaval, conférences, débats, tables rondes, sorties culturelles, fête des associations.

Dans un premier temps, les commissions se sont réunies pour concevoir les plaquettes qui sont très demandées et beaucoup consultées.

Pour chacun des secteurs, une couleur est choisie, elle sera systématiquement appliquée à un bandeau.

Pour les titres, la police Atma joue de petites irrégularités pour donner une touche d’originalité sans faire « too much ».

La font Muli est sélectionnée pour les textes : compacte, elle permet d’afficher un maximum d’information.

 

 

Dernière étape :
le numérique

Une consultation

 

Une enquête est lancée auprès du millier d’abonnés à la newsletter pour comprendre les modes de fonctionnements de ses adhérents et leur proposer les meilleurs outils. Elle recueillera 52 réponses.

23 personnes de 12 à 85 ans participent à un atelier : « Fabriquer la newsletter de la rentrée ».

5 groupes regroupant salariés, usagers et enfants du Clas vont jouer des ciseaux et de la colle pour réaliser leurs propositions de la plus exhaustive à la plus résumée. Il est à noter la participation très actives de dames du 3e âge (voire 4e âge) qui soulignent l’importance cruciale de la circulation de l’information et du plaisir qu’elles ont à fréquenter les différentes activités.

L’assemblée est majoritairement féminine avec seulement deux jeunes garçons et un homme.

On voit que dans le réel a encore de beaux jours puisque que c’est à l’accueil et auprès des salariés que l’info est recherchée en priorité.

questionnaire csipmf

Dernière étape : le site internet

Toujours réalisé avec la consultation des salariés, le site est en cours de construction.

Il n'attend plus que l'avis de ses utilisateurs

Fermer le menu